Comportement qui sauve (DICRIM, P.C.S. et I.P.C.S.)

La Commune de Figanières a édité en octobre 2012 un document extrêmement important pour la sécurité de tous : le DICRIM Document d’Information sur les RIsques Majeurs.

Ce document a été distribué dans toutes les boîtes aux lettres. Si vous ne l’avez pas eu, demandez-le en Mairie. Il existe deux éditions, l’une en Français et l’autre en Anglais. N’hésitez pas ! Vous y trouverez toutes les informations et numéros d’urgence. Il répertorie tous les risques majeurs susceptibles de survenir à Figanières et les comportements à adopter lors de la survenue de chacun.dicrim

4ème Forum d’Information sur les Risques Majeurs
Education et Sensibilisation

L’I.P.C.S. et la Ville de FIGANIERES

1er Prix au Concours des IRISES 4
irises-4

Les 8 et 9 décembre 2010 s’est tenu à Saint-Etienne le 4ème Forum sur les Risques Majeurs, risques liés aux catastrophes naturelles comme les tempêtes, les inondations, les incendies, les tremblements de terre… mais aussi à des activités industrielles, comme le risque d’un accident de camion transportant des matières dangereuses ou toxiques.
Les IRISES 4 étaient organisés par la Ville de Saint-Etienne, le Ministère de l’Ecologie de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer et IDEAL Connaissances.
« Ce forum a rassemblé 200 personnes de différentes municipalités déjà touchées par des sinistres, mais aussi des représentants des services de secours… la finalité étant de voir ce qu’on peut faire de mieux pour prévenir les populations.» (Joseph Ferrara, Adjoint au Maire de Saint-Etienne, en charge de la sécurité).
A ce titre, des trophées ont été décernés, en clôture du forum, aux meilleures initiatives.
Bernard Chilini, Maire de Figanières et son Conseil Municipal, forts de l’expérimentation de sensibilisation de la communauté scolaire à une culture partagée du risque reposant sur la responsabilité individuelle – expérimentation menée dans le cadre de l’I.P.C.S. (Information Préventive aux Comportements qui Sauvent) en 2009-2010 à Figanières, sous l’impulsion de Michel Thomas, son concepteur – avaient «candidaté» au Concours des IRISES 4.
Ils ont obtenu le premier prix, Trophée de l’Iris de Cristal, dans la catégorie 1 « Vigilance et Alerte sur les petits bassins versants » avec un dossier intitulé : «Résilience immédiate de la Population face à une alerte non déterminée».
Ce dossier a été élaboré par Joseph Gauttier, 1er Adjoint, Christine Orlandi, Principale du Collège Jean Cavaillès, Daniel Dubroca, Conseiller Municipal et Michel Thomas, Capitaine des Pompiers (E.R.) et D.D.E.N., avec la collaboration de Rosy Giroux et Alain Rebourg, Conseillers Municipaux.
C’est bien l’I.P.C.S., initiée par Michel Thomas et mise en œuvre par l’Education Nationale et la Commune de Figanières dès la rentrée 2009, en direction des Ecoles, du Collège, des sites sensibles d’abord, puis de tous les citoyens par la suite qui se trouve valorisée par ce prix.

exercice-collegeexercice-college-2 Exercice de mise en situation dans le cadre de l”Information Préventive aux Comportements qui sauvent dispensée au Collège Jean Cavaillès.

Une présentation des initiatives de l’Education Nationale et de la Mairie de Figanières ainsi que du retour d’expériences après les inondations du 15 juin 2010 avait lieu à Figanières le 15 avril 2011 sous la présidence de Monsieur le Préfet du Var et Madame le Recteur d’Académie de Nice. :
reunion-15-04-2011
Apprendre à vivre avec le Risque par le développement de la culture du risque, soutenu par des actions de communication et de formation : tel est le projet I.P.C.S. que notre Commune a engagé, pionnière en la matière dans le Département, sous l’impulsion de Michel THOMAS, Officier Sapeur Pompier en retraite, concepteur de l’I.P.C.S.

C’est en août 2009 qu’a été actée la mise en œuvre de l’I.P.C.S., lors de la première rencontre entre Bernard CHILINI, Maire de Figanières et Michel THOMAS…bien avant l’inondation que Figanières devait connaître
le 15 juin 2010, lors des terribles intempéries qui se sont abattues sur la Dracénie.

La Réunion qui s’est tenue le 15 avril 2011 à l’Auditorium du Collège Jean Cavaillès, en présence du Préfet du Var, du Recteur de l’Académie de Nice, de l’Inspecteur d’Académie, Jean VERLUCCO,et du Sénateur Pierre-Yves COLLOMBAT, a été orchestrée par Christine ORLANDI, Principale du Collège Jean Cavaillès et Bernard CHILINI, qui, tous deux, souhaitaient porter à la connaissance de leurs invités : « les pratiques innovantes mises en œuvre pour faciliter la résilience du Citoyen figaniérois et celle de sa famille face aux Risques, sans pour autant que l’Autorité municipale soit déchargée de son obligation d’assurer la sécurité, dans le cadre du Plan Communal de Sauvegarde (PCS) qui est en cours d’élaboration. » comme le Maire l’a expliqué, dans ses propos de bienvenue.

Prenant ensuite la parole, ouvrant ainsi la 1ère partie des interventions, Madame la Principale a relaté comment « …avec le Capitaine Thomas, nous avons organisé l’information de la communauté scolaire du Collège (tous les personnels, les élèves volontaires et désignés, les représentants des Parents d’élèves volontaires) afin que chacun puisse se préparer et réagir face à un évènement soudain. Les Ecoles Primaires et Maternelle ont très rapidement adhéré au projet, organisant à leur tour la formation de leurs personnels et de leurs élèves ».

Il va sans dire que le nécessaire avait été fait par le Maire pour que tout le personnel communal de cantine, de garderies et un garde rural suivent ce même module de formation, ainsi que des Elus concernés par la sécurité des écoles.

Madame Carole VALVERDE, Inspectrice de l’Education Nationale., a tenu à souligner -pour avoir assisté à une séance de formation dans la classe de Mme TASCEDDA- « combien cette méthode, attrayante et instructive, donnait une véritable chance à l’Ecole de Figanières !».

Des enseignants –Mme Sylvie FEYFEUX (Ecole René Cassin), Mr DELEFOSSE (Dr Ecole Elémentaire, aux Marthes) et Mme BRAUNE (Directrice Ecole Maternelle) ont tour à tour décrit la genèse de leur projet : « …comment les élèves du CM1/CM2 ont pu former les autres classes du cycle III et même intervenir au collège…tandis que les élèves du CE1 formaient de leur côté la classe du CP et la Grande Section de Maternelle… puis les thèmes abordés : le feu/le séisme/la tempête et les toxiques/l’enseignant(e) au sol.

Des élèves ont fait des démonstrations de l’attitude à avoir en cas d’alertes.

Madame Michèle ECUER, CPE au Collège, a pour sa part présenté « la préparation (1 heure) et le déroulement d’un exercice (1 heure)

Deux élèves sont venus parler de leur formation IPCS, des exercices de sécurité auxquels ils ont pris part.

Enfin Monsieur SALMON, professeur, a témoigné de sa prise de conscience face au danger : «comment cette formation hors du commun bouscule les individus, créant parfois des situations de confusion, d’interrogation intense…»

Monsieur NOEL, Agent d’accueil du Collège, est revenu sur son vécu de ce fameux 15 juin 2010 où « grâce aux réflexes acquis pendant la formation IPCS, nous avons pu réagir sans panique, prendre les décisions de bon sens qui s’imposaient ».

La conclusion de cette 1ère partie est revenue à Madame ORLANDI : «l’IPCS a donc favorisé :

  • Une culture du risque basée sur la responsabilité individuelle pour la sécurité de tous.
  • Un esprit de coopération, de solidarité, de civisme, de citoyenneté et d’espoir afin de mieux vivre ensemble.
  • Un regard bienveillant, plus humain, à ceux qui nous entourent, adultes comme élèves, riches du partage de cette formation créant un lien vers l’autre sans jugement…
  • Et l’espoir d’un meilleur épanouissement pour chacun.

    Fin de la 1ère partie des interventions : Michel THOMAS (DDEN , Officier SP (ER), concepteur de l’IPCS, Messieurs Simon GUERIN, Enseignant (ER) et Jean-Pierre PEGLION, Officier SP (ER), sont intervenus l’un après l’autre pour expliquer ce concept atypique de l’IPCS fondé sur l’anticipation : « Par la gestion réfléchie de son comportement, l’individu peut faire face à toute situation, de l’incident à la crise ». Ils ont attesté que l’IPCS permettait :

    – de diminuer le nombre des victimes

    – de réduire – autant que faire se peut – la dangerosité d’une intervention

    – de diminuer les coûts induits par un sinistre

    – de faciliter l’intervention des secours.

    2ème partie des interventions : LES ACTEURS DU PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE :

    Monsieur le Maire s’est attaché à faire l’historique de l’IPCS : depuis que la Commune a décidé de sa mise en œuvre (août 2009) en complément du Plan Communal de Sauvegarde (PCS), en passant par le tout premier stage (12/12/2009) jusqu’au 15 juin 2010, jour de l’inondation.

    Le Premier Adjoint, Joseph GAUTTIER , a tiré les leçons du sinistre en matière de sécurité de la population : « Quand on ne peut prévoir une situation de danger, il est essentiel que le Citoyen soit préparé et formé pour assurer sa propre sauvegarde et celle de sa famille. D’où la nécessité d’intégrer l’IPCS à tous les niveaux : Elus, sites sensibles (Collège, Ecoles, Maison de retraite… etc) et Population.

    Monsieur Daniel DUBROCA, Conseiller Municipal, s’est félicité que nous ayons mis en place un PCS sans le savoir et récolté les fruits de l’IPCS neuf mois plus tard, soit le jour de l’inondation.

    Monsieur Paul GAUCHER, Président de l’EHPAD, a présenté la structure de la Maison d’Accueil du Pré de la Roque et expliqué comment le personnel avait suivi différentes formations, dont celle de l’IPCS ( 3 sessions). Il est revenu sur la gestion de la catastrophe du 15 juin, de même que sur l’exercice de sécurité du 29 mars 2011 mené par Mademoiselle Houria HELLAL, et suivi de près par la Direction de l’Etablissement.

    Mademoiselle HELLAL, Infirmière référente de l’EHPAD, a procédé au retour d’expérience du 15 juin 2010 en soulignant « combien tout s’était bien passé, dans le calme, le personnel ayant agi de façon très organisée, grâce aux différents stages organisés antérieurement par M. THOMAS au sein de la Maison de Retraite.

    Madame Rosy GIROUX, Conseillère Municipale, qui a suivi la mise en œuvre de l’IPCS depuis le début, a rapporté comment les Enseignants, entraînés à l’IPCS, s’étaient engagés le 15 juin au soir à 16 h 45 dans un comportement prudent et raisonné, induit par leur « mémoire automatique » et avaient adapté la mise en sécurité des élèves qui étaient sous leur responsabilité – et en même temps celle de leurs parents – en leur demandant de ne pas venir récupérer leurs enfants à l’Ecole René Cassin, ce qui leur a évité de se mettre en danger dans la rue principale du village.

    Bernard CHILINI a conclu cette analyse des acteurs du PCS en énumérant quelques une des décisions qu’il avait prises, avec son Conseil Municipal de façon à développer la culture de sécurité citoyenne :

     Renforcement de la décision de continuer l’IPCS sur tous les points sensibles

     Faire procéder à l’exercice d’alerte sur sites sensibles

     Décision de voter le budget approprié pour les radios et le relai pour permettre la communication entre le PC Mairie et les points sensibles en l’absence d’électricité et de téléphones, fixe et portable.

     Volonté de porter ce projet IPCS à la connaissance des Autorités.

Conclusion de Madame le Recteur : « Je suis impressionnée par l’expérience exemplaire dans la démarche de prévention, de réaction, de retour sur expérience que votre Communauté a mise en place autour de l’I.P.C.S. Merci à Mr THOMAS : son Information a appris aux éducateurs à réagir ; on vise à envisager la catastrophe qu’on n’attend pas. A Figanières, on a fait les bons choix grâce à l’I.P.C.S. Vous avez sauvé des vies ce jour-là, celles de parents, celles d’élèves… Avec l’IPCS, nous sommes dans le champ du civisme : on prépare des héros ordinaires qui réagissent à des situations extraordinaires ! Merci à vous tous, vous laisserez quelque chose à vos enfants sur la sécurité. »

Conclusion de Monsieur le Préfet : « Longue et très intéressante matinée que celle-ci ! Vous l’avez dit : La meilleure des défenses, c’est l’auto-défense, celle des Sapeurs PompiersVolontaires, des Comités de Feux de Forêt, des Réserves Communales de Sécurité, de la population toute entière prête à se mobiliser…Oui aux opérations pédagogiques, bravo à l’IPCS et à l’élaboration des P.C.S. Merci et félicitations : à Mme la Principale du Collège pour son accueil et son engagement. Bravo à Mr le Maire de Figanières dont la responsabilité est immense : Vous n’avez pas attendu le 15 juin, vous vous êtes inscrit dans la durée. Ce qui se passe ici , aujourd’hui, est bien un exemple, un modèle. »

Après le succès de cette initiative – excellente, on l’aura bien compris – l’IPCS développée grâce à Michel Thomas, citoyen passionné de Figanières, est devenue récemment « cause nationale » et même « internationale » puisqu’elle fait partie d’un projet commun, au niveau européen, avec la Grèce et la Bulgarie.
Plus modestement, et concrètement, continuons à œuvrer, à FIGANIERES, au P.C.S. de la Commune, dans lequel elle a toute sa part.

On pourra télécharger ci-dessous le diaporama de cette action remarquable qui place Figanières, petite commune varoise, en première place au niveau
européen

diaporama-ipcs-2015

Dorénavant on trouvera sur cette page le Compte rendu de chaque exercice de mise en situation. Ci-dessous celui de la mise en situation de séisme du 3 juin 2014.mise-en-situation-seisme

AMAP de Figanières

Un service AMAP existe sur la commune. Service d’abonnement auprès de l’association figaniéroise et livraison des paniers légumes, fruits, laitage, pain, poulets oeufs,  viande… chaque jeudi à partir de 18 h 30 dans la grande salle du entre d’ animation au Complexe Jean Chiarini quartier des Marthes.

Aide au logement

AIDE AU LOGEMENT DES PARTICULIERS (CONSEIL GENERAL)

L’aide au logement qu’est susceptible d’apporter le Conseil général ne concerne pas seulement les collectivités, les bailleurs sociaux et la construction de logements neufs.

Bien que d’un montant global modeste, elle peut permettre à des particuliers d’améliorer considérablement leurs conditions de logement.

Les fiches ci-dessous, rédigées par les services du Conseil général, concernent les propriétaires occupants (sous conditions de ressources plus ou moins strictes) et les bénéficiaires de l’APA, personnes âgées dont le maintien à domicile est conditionné à l’adaptation de leur logement.

Ces diverses dispositions devraient trouver un écho dans les communes rurales où existent, notamment en centre bourg pas mal de constructions qui ne demandent qu’à rajeunir.

Subvention à l’Amélioration de l’Habitat : SAH

Elle intervient en complément des aides de l’ANAH

Public concerné : uniquement les propriétaires occupants

Conditions relatives à l’habitat : la construction doit avoir plus de 15 ans et doit être l’habitation principale du bénéficiaire

Conditions de ressources :

Trois catégories de ménages sont éligibles pour le financement de travaux. en fonction de leur niveau de ressources :

  • Ménages aux ressources “très modestes”
  • Ménages aux ressources “modestes”
  • Ménages aux ressources “modestes/plafond majoré”

    La distinction permet de déterminer le taux maximal de subvention dont ces ménages pourront bénéficier pour leur projet de travaux si leur dossier est agréé.

    Le montant des ressources à prendre en considération est la somme des revenus fiscaux de référence de l’année N-2 de toutes les personnes qui occupent le logement.

    Exemple : pour une demande de subvention faite en 2011, les revenus concernés sont ceux de 2009. Toutefois, si les revenus du demandeur ont baissé de 2009 à 2010, il est possible de prendre en compte les ressources de 2010 (N-1), à condition que l’avis d’imposition correspondant (2010) soit disponible.ressources

    Instruction du dossier :

  • soit la personne monte seule son dossier
  • soit la personne s’adresse au Pact du Var ou a une équipe d’animation d’une OPAH (Opération programmée d’amélioration de l’Habitat ou d’un Programme d’Intérêt Général (PIG).

    Dans les deux cas, voici la procédure :

    1. une demande de subvention est effectuée auprès des service de l’Anah (car le Conseil général n’intervient qu’en complément des aides de l’Anah)

    2. accord de prise en charge d’une partie du financement des travaux par l’Anah

    3. réalisation des travaux

    4. un technicien de l’Anah ou du Pact du Var constate l’achèvement des travaux et rédige l’attestation de fin des travaux et la fait parvenir à l’Anah

    5. paiement de l’Anah et une notification de paiement est envoyée au bénéficiaire

    6. une demande de subvention complémentaire est effectuée auprès du CONSEIL GENERAL du Var, service Direction Habitat, 1Bd Foch, 83300 Draguignan – 04.94.50.13.26 (par le demandeur ou par une équipe d’animation)

    7. la demande de subvention fait l’objet d’un passage en Commission Habitat puis en Commission Permanente

    8. une notification d’octroi de subvention est envoyée au bénéficiaire

    9. le paiement de la subvention est versé, via la Paierie Départementale, soit directement au bénéficiaire, soit au Pact du Var qui, selon les cas, a fait l’avance du paiement des travaux auprès des artisans.

APA/HABITAT

Public concerné : les personnes âgées en vue de leur maintien au domicile :

  • les personnes âgées de 60 ans et plus, affiliées aux trois caisses de retraite
    partenaires de ce dispositif (la CARSAT-SE, la MSA et le RSI)
  • Il faut être retraité et bénéficiaire de l’allocation personnalisée d’autonomie ou
    de l’aide ménagère des caisses de retraite ou de l’allocation tierce personne

    Conditions sur l’habitat : aucune.

    Les bénéficiaires peuvent être Propriétaire, locataire, logé gracieusement…

    Conditions de ressources : aucune

    Instruction du dossier :

    Le dispositif prévoit l’attribution de l’aide de 4 000 € TTC maximum après une enquête sociale complète réalisée par un travailleur social APA, l’avis des médecins agréés.

    Le dossier est alors transmis aux partenaires du Conseil général (PACT et caisse de retraite). Le dispositif prévoit un délai de trois mois pour effectuer le diagnostic des travaux à réaliser, établir le plan de financement en fonction du coût des travaux et le lancement des travaux.

    Le financement est intégralement pris en charge par le dispositif.

    Le Conseil Général finance 50% du montant des travaux (2 000 € maximum) et les 50 % restants (2 000 €) sont à la charge de la caisse de retraite concernée. Les travaux ne doivent donc pas dépasser 4 000 € TTC

Services sociaux

_ _ _ _ _-* Assistante sociale _ Mme LA CROIX _ Tél. 04-83-95-57-80 _ Permanence en mairie le jeudi matin de 8 h 30 à midi
_ _ _ _ _ -* Centre Local d’Information et de Coordination (C.L.I.C.) de la Dracénie _ s’adressant aux personnes de 60 ans et plus _ pour les aider à résoudre les problèmes de la vie quotidienne _ (soins, structures d’accueil, loisirs, hébergement, _ logement, maintien à domicilen, retraite, transports) _ Permanence en mairie deux jeudis par mois de 10 h 30 à 11 h 40. _ Renseignements auprès de Madame Virginie FORT _ au 04.94.50.42.26 ou 06-26-54-27-89 _ de 8 h à midi et de 13 à 17 h.
_ _ _ _ _ -* Un écrivain public _ Thiébaut Renger, Figaniérois, met gracieusement ses compétences à la _ disposition de ses concitoyens. il ouvre aujourd’hui une permanence d’écrivain _ public en mairie chaque jeudi de 10 à 12 heures. _ Assistance et conseils dans les démarches administratives, aide à la _ constitution de dossiers, à l’établissement de formulaires de demande et _ déclarations d’impôts, rédaction de C.V. et lettres de motivation, de courriers _ personnels et administratifs… sont, entre autres, les services qu’il peut vous _ rendre avec toute la discrétion qui s’impose. _ Nous sommes nombreux à être rebutés par les courriers à faire, les démarches _ administratives… N’hésitons pas à utiliser l’aide qu’il nous propose. _ On peut Joindre Thiébaut Renger au 06-50-77-66-26 ou par email à l’adresse _ suivante : tr1@orange.fr
. On peut également prendre rendez-vous avec lui en _ mairie : 04-94-50-93-60.

thiebaut-renger

Thiébaut Renger au centre en compagnie de Sabine Sanchez, Assistante sociale et de M. le Maire

 _ _ _ _ _ -* ODEL VAR _ Animateurs _ Dès 17 ans vous pouvez devenir animateur. _ Des sessions de formation ont lieu régulièrement. Renseignez-vous. _

Toute information concernant l’ensemble de ces services peut être obtenue auprès du service social de la Mairie : 04-94-50-93-60

_ _ _ _ _-* Maison Déparmentale des Personnes Handicapées _ Elle est située à Ollioules et comprend six antennes territoriales à Fréjus, Cuers, Draguignan, Saint Maximin, Brignoles et Le Luc. horairesc-mdph
 _ _ _ _ _ -* AUTISME – Aide au répit _ _ A la demande d’associations varoises spécialisées sur l’Autisme, l’association d’aide à domicile ACAP (et non plus ACAP83 depuis le 1er Janvier 2015) développe aujourd’hui l’aide au répit à destination des parents ayant un enfant autiste. Après un plan de formation développé Fin Décembre pour être effectif début Janvier, les auxiliaires de vie sont aujourd’hui compétentes pour permettre d’alléger la vie des parents d’enfants autistes varois dans des tâches quotidiennes et ainsi éviter pour certains l’épuisement. _ _ Plus d’informations dans les pièces jointes à télécharger ci-dessous
lettre-dinformation
depliant

_ _ _ _ _-*Conciliatrice de Justice _ _ Madame Florence AILLET, nommée par le Premier Président de la Cour d’Appel d’Aix en Provence, assure une permanence en Mairie de Figanières chaque second jeudi du mois de 10 heures à midi. Sur RV au 04-94-50-93-60.

florence-aillet

GAZ de SCHISTE

Outre la terrible toxicité des produits employés, une gigantesque quantité d’eau est gaspillée et un nombre de puits inimaginables érigés mitant le paysage : un puits tous les 3 km…
SI LE PERMIS DE BRIGNOLES A ETE ANNULE, RESTONS VIGILANTS

La Municipalité s’est engagée contre cette activité d’exploration et d’exploitation du gaz de schiste sur notre Commune, avec une délibération du Conseil Municipal du 14 décembre, et deux arrêtés du Maire du 21 décembre.

Pour en savoir plus :

http://gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com/mail/unsubscribe-00000000810008705f55717fffd44a5d-d95b6b66d569479fff8b078621273119ea21954c1a20b86990db537c3d22d4a669397d32

P.P.R.I.

Le P.P.R.I. de Figanières

Approuvé par le Préfet du Var, et applicable, le P.P.R.I. de Figanières a été établi par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM ancienne DDE) pour recenser et délimiter les zones inondées lors de la catastrophe du 15 juin 2010. Il classe la commune en 4 zones :

Les zones rouges « R » (R1, R2, R 3)
où le risque d’inondation est fort ou très fort. Ce sont des zones d’interdiction dans lesquelles sont seuls autorisés les travaux d’entretien
des biens existants, la reconstruction après démolition ou encore certaines activités agricoles ;

Les zones bleues « B » (B1, B2, B3)
où le risque d’inondation est modéré et où les constructions peuvent être autorisées sous certaines conditions ;

Les zones de couleur bistre,
définies comme des zones potentiellement inondables, qui restent constructibles ;

Les zones blanches
non concernées par le risque d’inondation.
_ppri-novembre-2012

La carte de zonage ci-dessus, correspondant au P.P.R.I. de novembre 2012, est très proche de celle du P.P.R.I. actuellement opposable aux tiers et que la commune est tenue d’appliquer, notamment pour l’instruction des autorisations d’urbanisme. Chaque demande d’urbanisme déposée en mairie est donc étudiée au regard de ce P.P.R.I. et, en fonction de la zone dans laquelle se situe le terrain concerné, le permis peut être accordé ou refusé.

_

La population a pu faire valoir ses observations sur le P.P.R.I. définitif lors d’une enquête publique qui s’est tenue dans les locaux de la Mairie du 23 septembre au 25 octobre 2013.

Le dossier complet est consultable en mairie aux heures d’ouverture du service de l’urbanisme et toute information peut être obtenue sur le site de la Préfecture du Var : http://www.var.gouv.fr/plan-de-prevention-des-risques-d-a3512.html